Yves Parlier raconte...

Publié le par Cap Odyssée le Blog

133-P1000655
La lune et Jupiter se couchent, Vénus est levée et le soleil ne va pas tarder. Le manteau aux reflets d’argent sur lequel glisse les 3 petites lumières de notre satellite le plus précieux commence à prendre des couleurs. Rien dans cet espace infini ne témoigne de l’évènement majeur qui va se produire à cet endroit précis par 44°27 34 N et 30°58′ 62 W « on a franchi la moitié du parcours ». 5H33 temps universel, pile à la rotation entre Flora et Alexandra nous nous sommes trouvés à égale distance de l’ile de Cape Breton au Canada et de Capbreton en France soit 2346 Km. C’est la fête a bord, on s’embrasse, la sirène du bord hurle pour réveiller l’équipage hors quart. Une boisson chaude améliorée d’un liquide cher à nos iles des caraïbes d’une couleur ambrée coule à flot. Tel Sir Edmond Hillary quand il est arrivé au sommet de l’Everest, nous voilà au sommet de la montagne, nous n’avons plus qu’a descendre maintenant sur la ligne d’arrivée et Lucie en guise de drapeau jette une bouteille à la mer avec toute l’histoire de l’Ucar Cap Odyssée.

Après c’est le bal des médias qui commence, dépêche AFP, ITV France Inter, Sud ouest, Europe 1, France 3 Aquitaine, La BBC…. L’Iridium « Thalès Seamobile » est chauffé à blanc. Photos, vidéos, Itw s’enchainent pour pouvoir partager avec vous ce moment privilégié. Mais avant tout l’équipe est boostée à bloc, les rameuses glissent comme jamais et notre petit point sur la carte semble si près de l’arrivée que cela semble presque facile.

J’en profite pour répondre à quelques questions sur le blog qui reviennent souvent.
Oui on anticipe un éventuel Alizé Portugais et le NE à la Corogne en visant une entrée climatologique dans le Gulf par 45° 30′ nord soit 100 miles au nord de la Galice. Point que je peux remettre en cause quotidiennement avec l’expertise d’Yvan  et Sylvain de Météo France en étudiant les prévisions à 8 jours.  Pour l’instant aucun problème si ce n’est le vent d’est que nous allons subir dans les 4 prochains jours, .
Pour freiner le bateau on est par 30 Km/h de vent au portant déjà à sec de toile, ensuite on mouille des trainards puis une ancre au bout d’une grosse amarre frappée coté extérieur sous le vent, puis si besoin on ajuste avec le mouillage principal avec plus ou moins de chaine.
Pendant le break de nuit nous faisons une boucle, qui démarre par une cape sèche en travers du vent  puis après un empannage, un retour à la voile et si nécessaire un finish au moteur.

Publié dans Aout Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lebon 09/08/2009 13:48

Allez les filles ! Descendez bien votre Everest ! Nous commençons a prévoir les attentes sur la plage de Capbreton. On aspire du mieux que nous pouvons.