Lucie raconte...

Publié le par Cap Odyssée le Blog

• Lucie :

La journée commence à 6h du matin pour les rameuses. Steph ouvre le bal sur une mer houleuse, elle garde en tête la bonne progression de la veille. Cette fois-ci, ce sera difficile d’avancer autant, mais peu importe, chaque jour, c’est une victoire sur les milles à parcourir.
Les filles profitent de quelques vagues pour se faire plaisir sur des runs, pas trop, le coach a dit « non » ! Mais ça fait du bien pour le moral. Le temps est toujours maussade, pluie, brouillard… Alors la moindre distraction est bienvenue.
Après quelques minutes de rame, Flo a la belle surprise pour son relais du matin, d’être accompagnée par une quinzaine de dauphins. Ils sont magnifiques, jouent avec l’avant du bateau et tournent autour de la planche. Certains dansent deux par deux, en se montrant le ventre, d’autres sautent comme des petits fous ! On est vraiment heureux de les revoir, et eux aussi apparemment !
Dans l’après-midi, c’est Jean-Luc qui décroche le trésor du jour : au bout de la ligne de pêche, un bébé requin peau bleue ! Il est très mignon, tout à fait inoffensif, on se demande quand même si les parents n’ont pas suivi… Les filles ne sont pas tout à fait rassurées… Jean-Luc relâche bébé requin avec quelques câlins et recommandations pour lui et sa famille : « Vous n’êtes pas obligés de nous suivre trop près… ».
Avec la houle, j’en profite pour monter dans le kayak de transfert pour faire des images « sensations », vous les verrez vite dans un prochain reportage… Les vagues de trois mètres et les glissades de la planche valent le détour. En prime, je me suis payé de bons tours de manège !
À bord, Jean-Luc fait ses prélèvements de sang pour en récolter le plasma qui sera étudié plus tard à terre. Adrien prépare un bon repas pour tout l’équipage : c’est dimanche, n’oubliez pas que nous nous retrouvons tous autour de la table ce soir ! Au menu : les derniers légumes frais en gratin, canards et foie gras Delpeyrat bien sûr ! Et les derniers fruits frais en salade ! Lors du briefing, tout le monde est unanime : on a passé un cap, peut-être le plus difficile : les petits accidents de santé, les coups au moral… Et surtout on tient le cap, même si les dépressions s’acharnent au dessus de notre tête. Tous, nous sommes animés par le même objectif : arriver à Capbreton ensemble, relever ce joli défi et réalisez l’exploit tous. Pour cela, nous allons dans le même sens : aider au mieux les filles dans leur effort, les soulager dans leurs coups de blues et leur douleur. Nous sommes vraiment soudés et solidaires et c’est ce qui fait notre force. Nous savons que nous allons passer la barre des 2500 km : la moitié du parcours, dans la semaine ! Cette idée nous booste.
Nous attendons le soleil… et restons vigilants, la route est encore longue…

Publié dans Aout Actualité

Commenter cet article