Fred raconte

Publié le par Cap Odyssée le Blog

122-P1000362
• Fred :

Ce matin, le réveil de 5h du matin est facilité par la présence du soleil qui réapparaît enfin,la mer est calme de nouveau, quel bonheur pour tout l’équipage, Alexandra, Stéphanie et Flora apprécient de ramer dans de meilleures conditions.
Je prépare mon matériel océanographique pour mes prélèvements de jour, il est 9h, je plonge mon filet à plancton à un mètre sous la surface. Depuis le bateau, je vois des petites méduses orangées  à un mètre de profondeur, j’imagine que je vais en pêcher quelques unes. Après 4 minutes, je remonte mon filet et je collecte le précieux trésor dans mes flacons à zooplancton.

123-SALPEA ma grande surprise, je découvre une espèce étrange transparente et orangée. J’ai une petite idée sur l’espace et je cherche donc dans mon livre de reconnaissance et je découvre le nom exacte de cette espèce qui est “Pegea confoederata”. Elle fait partie de l’embranchement des Tuniciers. C’est une salpe solitaire de 8 cm de long. Cette espèce vit dans les eaux superficielles de tous les océans. Elle se compose d’un tuyau transparent ouvert aux deux bouts, dont les ouvertures s’ouvrent et se ferment par des clapets. Grâce à leurs mouvements de contraction, les salpes pompent l’eau à travers leur corps, pour se déplacer et pour attraper la nourriture planctonique. Celle que j’ai capturé dans mon filet a prise au piège une petite crevette. Elle se débat pour trouver la sortie, mais elle se perd dans le labyrinthe de son estomac!

Je montre à tout l’équipage le résultat de ma pêche miraculeuse, et ils se demandent bien tous ce que ce petit individu transparent peut-être. Cela les fait beaucoup sourire et de mon côté je suis heureuse de pouvoir répondre à leurs questions.
La journée se passe au calme, Adrien s’occupe de la maintenance du bateau, il vérifie les niveaux d’huile du moteur, répare la voile et beaucoup d’autres choses à bord tandis que Yves use d’ingéniosité pour réparer le matériel qui a souffert dans le vent et la forte houle de ces derniers jours.

Les filles rament inlassablement et courageusement chacune à leur tour. L’équipage de son côté est affairé au réglage des voiles pour ajuster la vitesse du bateau à celle des filles, chaque instant.
Les heures hors quarts permettent à chacun d’avancer sur ses propres activités et de prendre du repos en privision des prochaines dépressions qui arrivent sur nous dans les prochains jours.
A bientôt et bises à tout le monde

Publié dans Aout Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article