Lucie raconte...

Publié le par Cap Odyssée le Blog

• Lucie

Dimanche deux heures du matin
Difficile de se lever ce matin, la fatigue se fait sentir… et je sais que ce soir, le vent va souffler très fort..
Mais bon, courage, il faut se lever, alex aussi se lève et, elle, elle va ramer plusieurs fois dans la journée.
À chaque fois que je veux me motiver, je pense à ces trois femmes courageuses, incroyables, débordantes de force et de motivation, malgré les difficultés et les efforts quotidiens à fournir. qu’il fasse froid, que la houle se déchaîne, que le brouillard les empêche de voir à 5 mètres, que le courant les fasse presque reculer, elles se mettent à l’eau, elles vont ramer, et jamais ne se plaignent. Mieux, elles ont toujours le sourire…

Cette nuit, les étoiles brillent de toute part, elles éclairent la route de notre petite alex, comme pour dire, “on est avec toi nous aussi”.
Alex sur sa planche, moi au dessus, sur le pont du bateau, on discute de nos rêves, de nos projets, de nos difficultés
je profite pleinement de ces moments privilégiés que je peux passer avec chacune des filles, elles nous apportent beaucoup.
Flo prend le relais à 4h30, elle a du mal à se réveiller, mais une fois sur la planche, les bras se mettent en marche, le corps se réveille et c’est parti pour pour un nouveau tour de rame, à l’assaut des miles qui nous séparent de Capbreton.

La bonne nouvelle, c’est le retour en forme, de Stéphanie, sur le paddle board. le soleil se lève pour applaudir sa bravoure, et son courage. Après une bonne journée de repos, plusieurs repas de féculents et sucres lents, notre ” Barneix” nationale reprend du service.
Elle commence petit à petit, son premier relais sera de une heure, son deuxième de deux heures. Elle rame tranquille, reçoit des boules de riz pour éviter les coups de pompes sur la planche, on la surveille de près. Mais le moral est d’acier. Elle est vraiment ravie de revenir sur l’eau. “C’est pour ça que je suis là, si je ne rame pas, ça va pas…” dit-elle.

Je ne peux que respecter son courage. Mais je ne la quitte pas des yeux.

Le calme avant la tempête… la mer est calme, le soleil de plomb. C’est bon de sentir cette chaleur. Alex fait un brin de bronzette, et moi un brin de lessive.
Adrien attend patiemment le poisson au bout de la ligne… pas de prise aujourd’hui.

Tout le monde attend le coup de vent.
19H. les premières rafales … ma tarte aux pommes est dans le four (recette de ma grand-mère chérie !), Stéph sort de l’eau. On se retrouve tous autour de la table pour le briefing et le repas dominical.
Le bateau s’agite dans tous les sens. J’ai peur…
On croise les doigts pour que la nuit ne soit pas trop rude.

Publié dans Juillet Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article